Les Comores d'Ahmed Abdallah : Mercenaires, révolutionnaires et coelacanthe

20,00 €
TTC
Quantité

Le 6 juillet 1975, Ahmed Abdallah proclame l'indépendance des îles Comores. Pour l'aimable peuple comorien s'ouvre un quart de siècle de turbulences. En 24 ans on attribue à l'archipel aux sultans batailleurs 18 coups d'État ou tentatives de coups d'Etat. Exilé en août 1975 par le révolutionnaire Ali Soilihi qui ne survécut pas au naufrage de sa République des imberbes...

Auteur : Alain Deschamps

Editeur : Karthala

Date de publication : 02 Juin 2001. 

Broché : 189 pages 

ISBN-10: 2845866283

  • Garanties sécurité Garanties sécurité
  • Politique de livraison Politique de livraison
  • Politique retours Politique retours

Ahmed Abdallah, revenu au pouvoir, parvint pendant dix années à préserver l'unité d'un petit état fragilisé par les velléités sécessionnistes, l'agitation des ambitieux et la présence des mercenaires de Bob Denard qu'Ali Soilihi avait eu l'imprudence d'introduire dans un jeu qu'ils rendaient mortel. Il maintint d'étroites relations avec la France, en dépit des critiques qu'y suscitait son régime et du différend qui l'opposait à l'ancienne puissance coloniale à propos de Mayotte. A la veille de son troisième mandat présidentiel, il fut, en novembre 1989, assassiné par les mercenaires dont, en 1985, des comploteurs marxistes-léninistes avaient planifié l'élimination.

Alain Deschamps raconte cette évolution. Pendant près de cinq ans (1983-1987), ambassadeur de France accrédité auprès d'Ahmed Abdallah, il trace de ce chef d'état réaliste et cynique mais attachant et pittoresque, un portrait plutôt sympathique.